Skip to navigationSkip to content
Reuters/Luc Gnago
L’opportunité

Des investisseurs providentiels comblent le fossé entre l’Afrique francophone et l’Afrique anglophone

Yomi Kazeem
By Yomi Kazeem

Les start-ups opérant en Afrique ont fait l’objet d’un battage publicitaire et d’un investissement mondial au cours de la dernière décennie, mais une grande partie a été orientée en particulier en direction de l’Afrique anglophone.

C’est une réalité que reflètent plusieurs tendances : les rapports annuels sur le financement des start-ups en Afrique montrent généralement que l’Afrique du Sud, le Kenya et le Nigéria sont les principales destinations des investissements. L’Afrique du Sud et le Nigéria abritent également les trois écosystèmes technologiques les plus rentables du continent.

Cette statistique reflète mieux le déficit de financement entre l’Afrique anglophone et l’Afrique francophone : malgré une année record pour l’ensemble du continent, le financement des start-ups en Afrique francophone a en fait plongé en 2018, selon le rapport de Partech Ventures sur le financement des start-ups en Afrique.

Cette réalité reflète également une corrélation entre les économies nationales et les intérêts des investisseurs, une majorité de pays francophones abritant principalement des économies et des marchés plus modestes. Le Nigéria à lui seul dépasse les 120 millions d’habitants des 15 pays francophones d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Seuls le Sénégal et la Côte d’Ivoire figurent régulièrement parmi les économies africaines à croissance rapide, même si cette année, le Bénin et la Guinée font partie des dix pays à plus forte croissance.

Rebecca Enonchong, entrepreneure et présidente d’Afrilabs, un réseau de pôles technologiques africains, explique que cette disparité de financement prend racine dans un certain nombre de différences culturelles aussi évidentes que simples. « La plupart des publications techniques sont en anglais. Les communiqués de presse en français ont moins de chance d’être lus », dit-elle. Mais au-delà de la langue, Enonchong, un entrepreneur en technologie né au Cameroun, affirme que d’autres germes de conflit culturel potentiel existent.

« Les start-ups francophones ont tendance à être plus formelles et plus longues et peu de journalistes ou d’investisseurs ont la patience de lire des tonnes de pages de documents détaillés pour expliquer une solution », dit-elle. « Ce formalisme est recherché dans les systèmes éducatifs francophones, c’est une preuve de connaissances et d’expertise. Les créateurs d’entreprise ont donc tendance à reproduire cela dans leurs communications avec les investisseurs et les journalistes. » En raison de plusieurs facteurs, « les start-ups francophones n’ont généralement pas accès aux mêmes réseaux que ceux de l’Afrique anglophone », reconnaît-elle.

Tidjane Dème, associé général de Partech Africa, un fonds panafricain de 140 millions de dollars, reconnaît que « la barrière de la langue, entre autres facteurs, limite la capacité des investisseurs à accéder aux informations et à participer à ces marchés. »

Mais cet investisseur né au Sénégal a déclaré que la disparité de financement devrait être envisagée comme problème plus vaste au-delà des pays francophones. « Il faut souligner qu’il existe en réalité un problème beaucoup plus vaste, avec seulement trois marchés (Nigeria, Kenya, Afrique du Sud) qui attirent 77 % des investissements », a-t-il déclaré à Quartz Africa. « Il s’agit en réalité de trois marchés très visibles qui retiennent l’attention et tous les autres se partagent les miettes. Ainsi, ce qui se passe au Cameroun et en Côte d’Ivoire s’applique actuellement à l’Ouganda et au Ghana. »

Cependant, cet argument à une faille qui réside dans le fait que, contrairement à ce qui se passe en Afrique francophone, l’intérêt des investisseurs dans les autres pays s’est légèrement accru, au-delà des trois principaux marchés de start-ups de l’année dernière. Comme le note le rapport de Partech Africa, alors que l’intérêt des investisseurs pour la francophonie a ralenti en 2018, les investissements dans le reste du continent ont augmenté « aussi vite que les trois plus gros marchés » avec 10 nouvelles entreprises amassant onze tours supérieurs ou égaux à 5 millions de dollars en dehors du Kenya, de l’Afrique du Sud et du Nigeria.

Un pas en avant

Les start-ups basées en Afrique francophone ne disposant pas d’un financement suffisant, les investisseurs providentiels locaux interviennent de plus en plus pour combler le déficit. Le réseau Dakar Angels vient de lancer ses opérations (et a déjà effectué son premier investissement dans une start-up ivoirienne) dans le but de faire au moins quatre investissements dans des start-ups basées en Afrique francophone chaque année. Des groupes d’investisseurs providentiels similaires ont également été créés au Bénin et au Togo, qui cherchent à égaler leurs homologues plus établis, tels que le Réseau des anges de Lagos, le plus actif d’Afrique.

Dans les marchés francophones plus petits où les start-ups pourraient autrement être négligées, les réseaux émergents d’investisseurs comblent un vide important dans le cycle d’investissement des start-ups, car ils peuvent offrir aux fondateurs un financement de démarrage pour prouver leur potentiel de croissance et éventuellement attirer de plus gros investisseurs.

Certains investisseurs institutionnels découvrent également une large opportunité économique dans le déficit de financement, même au-delà des start-ups en particulier. Le mois dernier, la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé un investissement de 14 millions de dollars dans Adiwale Fund 1, un fonds d’investissement privé destiné aux PME à forte croissance en Afrique de l’Ouest francophone. Le fonds (avec un objectif de 84,5 millions de dollars) investira dans des entreprises de service au grand public et de service aux entreprises, ainsi que dans des pays « actuellement sous-desservis » par le marché mondial du capital-investissement, indique la BAD.

Enonchong dit qu’il y a également un nombre croissant d’entreprises de capital-risque qui examinent de plus près les start-ups basées en Afrique francophone. « Même si elles n’investissent pas exclusivement dans ces start-ups francophones, elles peuvent au moins mieux communiquer avec elles et en voir la valeur », dit-elle.

Une des entreprises les plus en vue dans cette catégorie est Partech Africa, qui a lancé son fonds au début de l’année dernière dans l’idée de se concentrer davantage sur l’Afrique francophone. Jusqu’à présent cependant, les trois contrats confirmés de la société basée à Dakar ont été des investissements dans des start-ups basées au Nigeria et en Afrique du Sud.

Dème affirme cependant que cette tendance va changer. « Nous sommes certainement plus exposés à cette région que de nombreuses équipes d’investissement. Cela se reflète déjà aujourd’hui dans le flux de nos transactions et nous sommes impatients de conclure des accords dans la région », a-t-il déclaré à Quartz Africa. « Nous commençons tout juste à construire notre portefeuille et celui-ci sera sûrement très différent par la suite. »

Inscrivez-vous au bulletin hebdomadaire Quartz Africa ici pour recevoir des nouvelles et des analyses sur les entreprises, les technologies et l’innovation africaines dans votre boîte de réception.

*The English original of this article is published here: Angel investors are bridging the widening funding gap between Anglophone and Francophone Africa